Accueil ACTUALITES Gironde : Yves d’Amécourt ouvre le bal des sénatoriales

Gironde : Yves d’Amécourt ouvre le bal des sénatoriales

5
0
PARTAGER

Source: www.sudouest.fr

Partir sans attendre pour forcer le destin. C’est le pari du maire de Sauveterre-de-Guyenne, Yves d’Amécourt qui déclare sa candidature aux élections sénatoriales de septembre 2020. « Je rentre en campagne, je n’attends pas l’investiture. Je me présente sans étiquette », annonce l’élu Les Républicains qui revendique le soutien du Mouvement de la ruralité.

Dans le même temps, et par la force du non-cumul, Yves d’Amécourt renonce à briguer un troisième mandat municipal. Il laisse sa place à son adjointe Sylvie Panchout.

Déjà candidat aux sénatoriales, en 2014, mais en position non-éligible, le fidèle filloniste, ancien chef de l’opposition au Conseil départemental, ne sait pas si les instances de son parti lui accorderont l’investiture. Au pays des juppéistes, rien n’est moins sûr. « Je me lance, après, on verra s’il y a des volontés. Mais je serai candidat pour défendre des territoires ruraux en train de mourir dans l’indifférence générale. »

« C’est un peu tôt »

Depuis les dernières sénatoriales en Gironde, l’union à droite avec le Modem et les radicaux  qui avait permis d’emporter trois sièges sur six n’est plus qu’un lointain souvenir. Aujourd’hui, seule la sénatrice Florence Lassarade qui a remplacé Gérard César arbore l’étiquette LR.

« J’ai bien l’intention de me représenter », annonce également la sénatrice. Avec Yves d’Amécourt à ses côtés? « La question, c’est plutôt avec quelles autres femmes si on veut un jour atteindre la parité au Sénat », contourne Florence Lassarade.

Pour Marc Muret, secrétaire départemental LR, l’annonce de la candidature d’Yves d’Amécourt n’est pas vraiment une surprise. « Les bras ne m’en tombent pas. Mais c’est un peu tôt pour désigner les impétrants. » Selon Marc Muret, il est urgent d’attendre. D’abord les municipales, puis les alliances. Avec un Modem qui  dans ce scrutin national devrait jouer cette fois-ci avec LREM.

En face, au PS, le secrétaire fédéral de Gironde Thierry Trijoulet  temporise aussi. « Les sortants (1) sont légitimes, il y aura des procédures de désignation. Mais on prend les élections les unes après les autres. »

(1) Laurence Harribey et Hervé Gillé. Ex-sénatrice PS, Françoise Cartron a rejoint LREM. Les autres sénateurs girondins sont Alain Cazabonne (Modem) et Nathalie Delattre (Radicaux).

Source: www.sudouest.fr