Accueil ACTUALITES Actualités Arcachon Vendée Globe 2020 : le nouveau pas d'Arnaud Boissières et le tour...

Vendée Globe 2020 : le nouveau pas d'Arnaud Boissières et le tour des principaux projets

0
0
PARTAGER

Les Régionaux.

Arnaud Boissières. Le projet de l’Arcachonnais des Sables est le plus avancé des régionaux. Boissières a acheté un plan Farr de 2006, qui a pris le départ des trois derniers Vendée. Avec deux abandons et une 6e place, il a un moins beau palmarès que Boissières, qui a terminé ses trois Vendée consécutivement (record qu’il partage avec Armel Le Cléac’h). Mais « c’est le meilleur bateau que j’ai pu avoir pour un tour du monde » dit le skipper.

Grâce à ses deux sponsors, La Mie Câline et Artipôle, un chantier digne de « L’homme qui valait trois milliards », le feuilleton avec Steve Austin, est mené. La comparaison ne vaut pas pour le prix, mais l’ampleur du travail. Au profit de son avarie sur le dernier tour du monde, un mât neuf a été réimplanté plus près de l’arrière, le monocoque a été entièrement refait dans les locaux de Michel Desjoyeaux, double vainqueur du Vendée, en Bretagne. Au final, il a sera aussi allégé de 500 kilos à 800 kilos.

Et ce n’est pas fini : samedi, « La Mie Câline-Artipôle » arrive à son port d’attache des Sables d’Olonne pour la finalisation de sa préparation, et notamment la pose des foils. Pour le moment (voir photo ci-dessous), ils voyagent en fourgonnette, bientôt ils porteront le voilier sur les océans. Car Boissières a choisi ce bateau car il est l’un de ceux, parmi les anciens Imoca, à pouvoir être équipé de foils, ses appendices porteurs qui aujourd’hui incontournables pour être dans le coup. Premières navigations au printemps.

Les foils d’Arnaud Boissières

Crédit photo : Team Arnaud Boissières

  

Yannick Bestaven. Brillant 5e de la dernière Transat Jacques-Vabre avec Kito de Pavant (ils ont devancé sur leur bateau ancien  sans foils des esquifs à appendices plus récents), le Rochelais cherche maintenant des sponsors pour ce bateau de 2006.

« Je travaille sur un gros projet avec de nouveaux partenaires, qui aboutirait, je l’espère, dans les prochains mois, pour le prochain Vendée et, déjà, pour la Route du Rhum. Pour le moment, le bateau est à La Rochelle, sous un tivoli, pour un chantier d’entretien car je n’ai pas à ce jour les moyens d’y apporter des innovations. Mais nous avons déjà une bonne nouvelle : une réunion vient de rassembler le Département de Charente-Maritime, la Communauté d’Agglomération, le Port de pêche, et nous pourrions avoir prochainement un ponton pour bateaux de course au large sur le port de pêche. »

Yannick BestavenYannick Bestaven

Crédit photo : BastideOtio

Lalou Multi. L’écurie de course au large du Médocain Lalou Roucayrol est le partenaire technique du projet d’Erik Nigon, originaire d’Arcachon, skipper de « Vers un monde sans sida », l’ancien « Bureau Vallée » de Louis Burton, 7e du dernier Vendée. Pour l’heure, le bateau est à Lorient pour un chantier d’entretien. Les choses sérieuses commenceront, aux Sables d’Olonne, quand le skipper aura bouclé son budget.

Bateaux neufs

Alex Thomson. Le 2e de la dernière édition va construire un nouvel Hugo Boss. En attendant, il rénove la flèche noire qui talonna Armel Le Cléac’h jusqu’au dernier jour, pour participer à la Route du Rhum en novembre prochain.

Alex ThomsonAlex Thomson

Crédit photo : AFP

Jérémie Beyou, 3e en 2017 avec « Maître Coq », il bouclera pour ce printemps le construction de « Charal », le premier foiler 2e génération, lancé dès la fin de la précédente édition.

Jérémie BeyouJérémie Beyou

Crédit photo : Guillaume Bonnaud « Sud Ouest »

Sébastien Simon. A 27 ans, cet ancien étudiant bordelais, l’un des leaders du circuit Figaro sera bizuth sur le Vendée Globe, mais il partira bien armé. Son sponsor, Crédit Mutuel Arkéa le suit en Imoca, au côté de Paprec, sponsor de Jean-Pierre Dick, grande figure du Vendée, et d’un directeur technique nommé Vincent Riou, le vainqueur du Vendée 2004–2005. L’architecte en sera l’Argentin Juan Kouyoumdjian, qui a dessiné pour la Coupe de l’America, et dont le dernier Imoca était le Cheminées-Poujoulat de Bernard Stamm.

Sébastien SimonSébastien Simon

Crédit photo : Jean-Marie Liot/Crédit Mutuel Bretagne

Bateaux neufs de la dernière édition

Yann Eliès, brillant 5e de la dernière édition, dispose de l’ancien « Saint-Michel-Virbac » de Jean-Pierre Dick, 4e. Ensemble sur ce monocoque, les deux hommes ont remporté la Transat Jacques-Vabre 2017 et pourtant Paprec, co-sponsor de Dick, a choisi Simon. Un contretemps pour Yann Eliès, marin pourtant brillant et expérimenté. 

Yann Eliès, 5e du dernier Vendée GlobeYann Eliès, 5e du dernier Vendée Globe

Crédit photo : Photo AFP

Boris Herreman, skipper allemand,  a racheté l’ex Gitana/Edmond-de-Rothschild, qui avait abandonné avec Sébastien Josse dans le Grand Sud la dernière édition. Rebaptisé Malizia 2, battant pavillon monégasque, lui aussi sera au départ de la prochaine Route du Rhum.

Morgan Lagravière restera à la barre de Safran. Le groupe aéronautique a arrêté le sponsoring voile, mais la société de Roland Jourdain, directeur technique de Safran sur la dernière édition, a racheté le bateau. Reste à trouver des sponsors pour faire naviguer le monocoque, qui avait abandonné après 17 jours de course en 2016.

Fabrice Amadeo et son sponsor, Newrest, ont pu racheter No Way Back, 17e et avant-dernier du dernier Vendée avec le novice et vétéran Pieter Heerma, 64 ans au départ. On verra mieux avec Amadéo ce que vaut ce foiler de la première génération, construit en 2015 sous le nom de Vento du Sardegna pour Andrea Mura, mais vendu par ses propriétaires en raison de la crise économique en Italie

Hugo Boss. Qui l’achètera? Il terminera donc sa carrière avec Alex Thomson lors de la Route du Rhum en novembre, et sera vendu par la suite. Voilà en tout cas un bateau pour jouer la gagne.

Selon le site du Vendée Globe, le Hongrois Nandor Fa serait en passe de vendre son « Spirit of Hungary à un skipper belge. »

Louis Burton « Bureau Vallée 2 » a déjà disputé la Transat Jacques-Vabre (7e place ) avec l’ancien « Banque Populaire » vainqueur de la précédente édition avec Armel Le Cléac’h.

Source: www.sudouest.fr

http://www.sudouest.fr/2018/02/09/vendee-globe-2020-le-nouveau-pas-d-arnaud-boissieres-et-le-tour-des-principaux-projets-4187672-2733.php#xtor=RSS-10521769